Rencontre avec Sophie Lossky, une architecte de proximité !

AccueilPortraits d'architectesRencontre avec Sophie Lossky, une architecte de proximité !

Depuis 2009, l’Atelier Sophie Lossky s’est installé à Uzès. Primée à deux reprises, une fois en 2011 puis en 2013 pour ses réalisations, l’architecte défend des valeurs d’optimisation bioclimatiques et de performance énergétique dans la construction. Dans le cadre de son travail, Sophie Lossky a également mis en place une plateforme de proximité PISTES ( Patrimoine Innovation Savoir faire Territoire Environnement) qui rassemble divers acteurs dans l’optique de développer l’utlisation des ressources et savoir-faire locaux.

Les 13 et 14 octobre, Sophie Lossky vous ouvre les portes de son agence. En attendant de rencontrer cette architecte fondamentalement engagée dans l’intégration de l’environnement au cœur de nos lieux de vie, nous vous proposons de faire connaissance ici-même !


Pourquoi êtes-vous devenue architecte ?

C’est une question très compliquée ! J’ai commencé à développer une conscience pour cette profession à l’âge de 13 ans, sur des chantiers de restauration de monuments. Enfant, j’étais passionnée d'archéologie. Et puis j’ai compris que la matière et l’espace permettaient d’exprimer notre représentation du monde.

Alors quand j’ai eu mon bac, je me suis orientée vers l’architecture pour plusieurs raisons. Pour moi, être architecte c’est savoir interpréter la représentation qu’on se fait du monde dans lequel on vit à une époque donnée. Je suis alors passée de l’archéologie, qui concerne le passé, à l’architecture, qui concerne le présent.

Aussi, je venais d’une filière scientifique, je ne voulais pas m’enfermer dans une filière qui n’allait pas permettre à une partie de moi de s’exprimer. Etre architecte, c’était pour moi le moyen d’allier une rigueur technique à l’expression d’une créativité.


Quel est votre parcours ?

J’ai d’abord travaillé à Paris, où j’ai ouvert mon Atelier en 1991. Et puis j’ai interrompu mon activité d’architecte parce que je ne me reconnaissais plus dans un monde où le sens et le rapport à l’autour l’environnement étaient niés. J’ai toujours eu besoin de sens dans mon travail.

En 2009, j’ai repris mon activité à Uzès. Je suis revenue à mon métier par conviction, parce que je sentais que l’Environnement était à nouveau considéré et qu’il y avait à faire. Construire en bioclimatique était devenu possible.

Entre temps, j’avais continué à apprendre beaucoup de choses. Pendant dix ans, j’ai œuvré à la mise en réseau des métiers d’art, l’occasion de rencontrer des gens très différents les uns des autres et j’aime mettre des gens en relation, en réseau.

Aujourd’hui, dans mon activité d’architecte, la mise en réseau de différents intervenants est restée très importante.

Je développe à partir des données locales, des solutions de construction adaptés. En 2013, j’ai été récompensée au palmarès de la construction bois environnement pour un projet de maison en paille que j’avais réalisé. Ce prix m’a ouvert des portes et m’a encouragé à créer un réseau, PISTES (Patrimoine Innovation Savoir faire Territoire Environnement) sorte de circuit court du bâtiment qui met en relation les acteurs du construire local professionnels, agriculteurs et utilisateurs. Ici, on a du chanvre, de la paille, de la terre, etc. Je voulais donc inciter par ce réseau à l’utilisation des ressources locales pour la construction en permettant le partage de savoir-faire. C’est important pour moi de travailler avec les ressources locales, avec les gens et pour les gens qui sont ici. Je suis une architecte de proximité.


Pourquoi vouloir accompagner des particuliers dans leur projet ?

Le travail avec les particuliers constitue l’essentiel de mes projets et c’est important pour moi. Il y a une relation qui se crée, une proximité. C’est aussi un échange direct. Ce sont leurs espaces que l’on produit et leurs espoirs que l’on projette. On les accompagne dans leurs choix, et ce sont des rencontres qui peuvent être fantastiques.


Quand vous accompagnez des particuliers dans leur projet personnel, quelle étape préférez-vous ?

C’est l’accompagnement de A à Z qui me tient à cœur. Les clients ont des doutes tout au long du projet. Je leur permets d’avoir ces doutes. Il m’arrive par exemple que certains me demandent d’ajouter des mètres carrés alors que les fondations sont déjà en place. Je tâche de rendre cela possible. Le projet de la construction, c’est un long chemin et j’aime suivre l'ensemble du cheminement.


Selon vous, qu’apporte un architecte aux projets des particuliers ? Pourquoi est-il important ?

L’architecte est important car il parvient à mettre en espace 3D les souhaits des particuliers. Quand les particuliers viennent vers nous, ils ont des idées, des plans, mais ils ne se rendent pas compte que la mise en volume va changer leur projet. Nous optimisons les mètres carrés qu’ils imaginent pour en faire des espaces à vivre.

Dans un aspect plus pragmatique, nous assurons la maîtrise des coûts. Nous leur assurons que nous allons respecter le budget qu’ils se sont donné. Peu importe la taille du budget, nous leur offrons une maison qui leur ressemble et qui va pouvoir aussi s’inscrire dans le temps. Ce qui est important, c’est la co-conception, mais je n’accepte jamais un projet où on me donne un plan et où on me dit “je veux ça et on signe”, car l’architecte a sa réelle plus-value à apporter. C’est l’architecte qui tient le crayon !