Natacha Boidron, Quand architecture et pédagogie se mêlent !

AccueilPortraits d'architectesNatacha Boidron, Quand architecture et pédagogie se mêlent !

Natacha Boidron est une architecte pédagogue. Il y a maintenant 6 ans, elle a décidé d’ouvrir son agence Natacha Boidron Architecte à Libourne, en Aquitaine. En parallèle de son activité d'architecte, elle a fait le choix de transmettre aux enfants en créant des ateliers d’éveil et de sensibilisation à l'architecture, sous le nom de “Rue du P’tit Chantier”. Une double position de pratiquante et de médiatrice qui lui permet de continuellement avancer sur le sens qu’elle donne à ses réalisations.

En plus de ces qualités, Natacha Boidron est spécialisée dans la construction écologique en paille. Une plus-value de durabilité qui entre en adéquation avec sa volonté de transmission auprès des enfants.


Comment et pourquoi êtes-vous devenue architecte ?

Pourquoi être devenue architecte, c’est une grande question ! Je suis devenue architecte à la suite de rencontres, de hasards et d’intuitions. Plus profondément, je pense que je suis devenue architecte par amour de la matière et pour ma sensibilité au bien-être spatial. Quand j’étais enfant, je déplaçais régulièrement les meubles dans la maison à la recherche d’une disposition optimale.

J’ai également toujours été attirée par la psychologie humaine et la compréhension du fonctionnement de l’individu. J’ai d'abord commencé mon cursus universitaire par des études de philosophie. C’est une approche qui m’est aujourd’hui très bénéfique dans le sens que j’associe à ma pratique. Après mon cursus en architecture, j’ai travaillé pendant huit ans dans une agence. Puis j’ai voulu voler de mes propres ailes en démarrant ma propre activité en 2011.

Paradoxalement, c’est en entreprenant mon activité que j’ai eu du temps pour me lancer dans la conception d’ateliers d’éveil auprès des enfants en créant la “Rue du P’tit Chantier”. Dans ce cadre, j’interviens dans les écoles et collectivités pour sensibiliser les enfants aux questions liées à l’architecture et à l’environnement dans lequel ils évoluent.

 



Pourquoi était-il important de travailler avec les enfants ?

Les enfants ont l’esprit très ouvert et sont intéressés par tout. En mettant en place ces ateliers d’éveil, je les sensibilise à des questions qu’ils n’abordent pas à l’école. A l’école primaire, l’enseignement des arts plastiques est limité, celui de l’architecture est inexistant. Cela signifie que nous évoluons tous dans un espace à plusieurs dimensions, mais nous n’en parlons jamais.

J’aimais aussi cette idée de bricoler avec les enfants, de faire des maquettes et de transmettre des savoirs. Cette double identité entre architecture et pédagogie s’est d’autant plus justifiée avec le temps. Expliquer au cours de ces ateliers la démarche des projet et comment on le construit dans sa tête me permet de revenir aux bases.


Dans le cadre de votre activité d’architecte, quel travail engagez-vous avec les particuliers ?

Travailler avec les particuliers me tient à cœur. Dans ces projets, nous sommes plus que des architectes. Il y a un accompagnement beaucoup plus important que dans le cadre de projets publics par exemple. Ici, on travaille leur projet de vie, il faut donc être capable de comprendre et de rassurer son client. On est aussi psychologues dans ces cas là. On a un rôle de médiateur qui vise à expliquer aux particuliers comment le projet se déroule, comment il fonctionne. Tout au long du projet, on va aborder avec les futurs habitants des questions qui concernent leurs modes de vie, leur usage des lieux, qui dépassent l’objet construit en soi. On rentre dans l’intimité des personnes pour la décrypter et la transposer dans l’espace.

Si l’architecte rassure, il est également là pour apporter le doute au projet. On fait avancer le projet parce qu’on pose des questions. On ne vend pas un produit sur catalogue. Le travail avec les particuliers, c’est aussi apporter son expertise. Je suis spécialisée dans la construction écologique en paille, ce qui rejoint ma quête de sens sur demain dans mon travail avec les enfants. J’invite mes clients à se tourner vers des solutions plus écologiques, comme la paille, le bois ou l’utilisation de peintures naturelles. Si je n’ai pour le moment pas encore eu l'occasion de mener un projet 100% écologique, c’est une ambition qui me tient à cœur.


Quand vous accompagnez des particuliers dans leur projet personnel, quelle étape préférez-vous ?

J’aime le début et j’aime la fin. Un projet, c’est un peu comme une histoire d’amour. Le début, c’est exaltant. Viennent ensuite les disputes, les remises en question. Puis, une longue période où les choses peuvent échapper aux particuliers et où ils doivent nous faire confiance, comme pour la consultation des entreprises extérieures. Mais tout au long du projet, on tend vers le tout est bien qui finit bien. Et la livraison du projet, ça aussi c’est exaltant. Le commencement du chantier et pour finir livraison du projet, sont aussi très émouvants.


Les 13 et 14 octobre, Natacha Boidron ouvre les portes de son agence, n’hésitez pas à aller à sa rencontre. Elle saura vous présenter ses projets et pourquoi pas, vous accompagner dans le vôtre !