Xavier Fourot, architecte mais ingénieur

AccueilPortraits d'architectesXavier Fourot, architecte mais ingénieur

L’agence de Xavier Fourot est située en plein cœur de l’Auvergne, à La Bourboule, au sud-ouest de Clermont Ferrand, dans le massif du Sancy. En plus d’avoir un parcours atypique, Xavier Fourot s’implique largement dans l'aménagement en général. Pour lui, l’architecte devrait être un référent au sein d’un territoire.

Les 13 et 14 octobre prochains, l’agence ouvrira ses portes au grand public pour la quatrième année consécutive. En attendant les Journées Portes Ouvertes, nous vous proposons de faire connaissance avec Xavier Fourot !

 

 

Pourquoi et comment êtes vous devenu architecte ?


Enfant, je voulais être architecte et la vie en a décidé autrement. Je suis devenu ingénieur et ai travaillé dans le monde des industries chimiques. C’est après plusieurs années de pratique que je me suis lancé. J’ai repris mes études pour devenir architecte. J’avais besoin d’exercer un métier plus conceptuel et d’avoir une approche plus sensible et artistique.

C’est une reconversion qui a, au début, été difficile. J’ai du apprendre à réfléchir autrement, à appréhender les choses sous un nouvel angle. Je devais d’abord oublier que j’étais ingénieur. L’architecte a une approche plus globale et prend beaucoup d’autres choses en compte que les simples contraintes techniques comme la dimension humaine.

Quand j’ai repris mes études, la première question que je me posais en démarrant un projet était “Comment ça tient ?”. Et puis j’ai compris que ça ne fonctionnait pas comme ça. Il faut d’abord écouter son client, le faire parler, regarder ce qui est le plus important. Comment est-ce qu’on va y vivre ? Comment les gens vont habiter les lieux ? Puis le projet se concrétise. Le “Comment ça tient” vient bien après !

C’est là que réside toute la différence entre l’architecte et l’ingénieur. L’ingénieur peut avoir tendance à concevoir des “machines à habiter”. Alors elles seront parfaites. Elles tiendront parfaitement. Elles seront bien chauffées et ventilées. La lumière naturelle y sera optimisée. Mais la dimension humaine sera manquante. En tant qu’architectes, nous avons une vision globale du projet, avec ce petit truc en plus qui fait que ce sera une maison, et pas une boite.


Selon vous, qu’apporte votre ancien métier dans vos projets architecturaux ?

Je pense que je fais d’autant plus preuve de rigueur. Je suis naturellement quelqu'un de très rigoureux. Quand je travaille sur un projet, je regarde absolument tout. Cela peut être une qualité dans un projet que ma formation d’ingénieur m’a appris à aiguiser. Ensuite, quand je travaille avec les bureaux techniques, je pense que j’ai peut-être plus de facilités pour discuter avec eux d’égal à égal. Cela me permet peut-être de faire avancer les projets d’une autre manière.


Quel travail effectuez-vous avec les particuliers ?

Je suis située en plein cœur de l’Auvergne, sur un territoire montagneux avec peu d’architectes. Je suis aussi une petite agence, et je travaille -malheureusement- seul. Cela veut dire que je réponds à une diversité importante de projets. Je travaille aussi bien en marchés publics qu’en marchés privés. Quand je rencontre de nouveaux clients, je les fais beaucoup parler et je parle aussi beaucoup. Je ne me limite pas à la simple définition technique d'un projet. Le métier d'architecte est avant tout un métier de communicant, où il s’agit d’exprimer spatialement et quantitativement des attentes.


Quel est le rôle de l’architecte au sein du projet et au sein de son territoire ?

D’abord, au sein du projet, l’architecte apporte du recul à ses clients. Quand un particulier vient vous voir, c’est parfois le projet de sa vie. Et donc il peut avoir du mal à réfléchir avec discernement, ce qui est normal. L’architecte lui apporte cette prise de distance nécessaire vis-à-vis de son projet.

On aide aussi les particuliers à contextualiser leur projet dans leur environnement. J’ai par exemple travaillé il y a peu sur un projet de garage automobile. Mon client avait privilégié l'accès au garage devant la porte d'entrée d'un hôtel.

Je lui ai conseillé de déplacer son entrée pour ne pas entrer en conflit d’usage. Cela passe aussi par le choix des matériaux de construction. Mon client pensait utiliser du parpaing pour la construction, mais le terrain ne s'y prêtait pas. Une étude géotechnique l'aurait confirmé.Je lui ai alors conseillé de s'orienter vers un mode constructif plus léger, comme le bois ou le métal.

De façon plus large, je pense que l’architecte a un rôle important à jouer au sein de son territoire. Chaque architecte devrait s’impliquer à son niveau dans l’animation territoriale. Au sein de mon petit bout de pays, par exemple, je suis ce qui se passe au Parc des Volcans d’Auvergne. Je participe également aux réunions publiques locales. J’adhère à des associations. Je pense que c'est très important que nous fassions partie de cette vie publique. Nous oublions trop souvent que nous sommes des acteurs essentiels de la vie de tous les jours. Nous sommes présents à toutes les échelles qui font notre quotidien, de la maison au territoire. Il est donc important que nous nous intéressions un peu à ce qui se passe au niveau local et que nous soyons repérés comme référents et conseillers.