Quand l’architecture se fait dans la sobriété

AccueilInspirations architecturalesQuand l’architecture se fait dans la sobriété

C’est l’histoire d’une maison des années 30, située dans le périmètre sauvegardé de Moissac, dans la région Midi-Pyrénées. Intacte, la bâtisse a directement su charmer ses futurs acquéreurs. Seule ombre au tableau, le manque de surface des lieux de vie.

Sur conseil de leur fille, ils ont alors fait appel à l’architecte Gaël Angaud qui a su répondre à leurs attentes en les orientant vers une extension des plus sobres. Un choix d’esthétique architecturale qui vise à respecter au mieux l’environnement et l’histoire des lieux.

 

 

Un charme à conserver, une surface à repenser

Pour ces nouveaux habitants, conserver le charme de cette maison était primordial. Cela signifie que certains éléments caractéristiques, tels que les carreaux de ciment au sol, devaient être conservés. Une donnée particulière qui rend l'abattage des cloisons difficile. Or, si la maison avait été un réel coup de cœur, la cuisine et la salle à manger étaient très confinées. Il fallait donc gagner en espace sans revoir l’implantation des cloisons.

Pour répondre à cette équation, Gaël Angaud a fait le choix d'une extension sobre, pensée dans le prolongement de l’existant et qui abrite aujourd’hui la cuisine. Volontairement, celle-ci donne l’impression d’avoir été pensée lors de la construction initiale de la maison. Les garde-corps, absents avant l’intervention de l’architecte, ont été pensés dans le style “paquebot” pour respecter l’esprit des lieux.

Aujourd’hui, salle à manger et cuisine forment une pièce continue au sein de laquelle ses habitants peuvent bénéficier d’un panorama remarquable.

 

Une extension pour recréer un lien entre l’intérieur et l’extérieur

Ce qui a interpellé Gaël Angaud lors de sa première visite est l’absence de relation entre le jardin et la maison. Pour accéder au jardin, il fallait passer par la cave puis remonter des escaliers.

L’ajout d’une cuisine a également permis de créer une nouvelle relation avec le jardin en contrebas. Au moment de la conception de la maison, le jardin n’avait pas de fonction d’agrément, mais une fonction alimentaire. Nul besoin d’avoir une connexion directe entre le lieu de vie et ce “frigo extérieur”.

La terrasse pensée dans le prolongement de la cuisine apporte une connexion entre la maison et le jardin. Elle crée une jonction entre l’intérieur et l’extérieur. Un projet qui montre que les interventions les plus sobres peuvent également être très efficaces.

 

Le 13 et 14 octobre, n’hésitez pas à aller pousser la porte de cette charmante agence située à Toulouse, en région Midi-Pyrénées. Gaël Angaud vous présentera ses projets, et pourra certainement répondre au vôtre !